De l’importance fondamentale d’être vrai

De l’importance fondamentale d’être vrai

De l'importance fondamentale d'être vrai

L’importance d’être vrai est, à mes yeux, la première clé fondamentale qui mène à la véritable histoire d’Amour qui sonne juste, qui fait sens et s’inscrit dans le temps.

D’une manière générale dans la vie, si l’on souhaite récolter vrai, on se doit de semer… vrai ! Il en va pour tout il me semble, mais à plus forte raison en Amour. Alors oui, cela ressemble fortement à une évidence quand on se penche un peu dessus, mais à y bien réfléchir… ce n’est pas si facile.

Entre :

  • Les difficultés existentielles, de ne plus se mentir à soi-même, d’apprendre à bien se connaître, de savoir ce que l’on souhaite faire de sa vie pour lui donner un sens et de trouver sa place.
  • Tous ces rôles que l’on se donne en société pour se protéger ou pour donner l’illusion de rentrer dans les bonnes cases.

Et :

  • Les nombreux codes sociétaux d’aujourd’hui, véritable fabrique de clones humains, d’hommes et de femmes « idéaux » à qui nous devons tous ressembler.
  • La bien-pensance et le politiquement correct.

Où prêcher le vrai du faux, dans tant de faux-semblants ?

Pourtant…

« Le beau est la splendeur du vrai. » (Platon)

« L’Amour a horreur de tout ce qui n’est pas lui-même. » (Balzac)

Être vrai, sincère et soi-même est indispensable, à qui veut trouver et surtout vivre, cette belle histoire d’Amour à laquelle nous aspirons tous.

Si l’on veut être aimé pour qui l’on est, quoi d’autre que d’être vrai ?!

Mais que veut dire être vrai ? :

  • Être soi-même, identifier nos opinions et convictions, nos émotions et ressentis, nos contradictions, les exprimer et les assumer. Mais sans basculer dans la sur-affirmation de soi, sans humilité ni remises en question, car cela nous éloigne, nous coupe de l’autre, au final, nous isole.
  • Être sincère et ne pas mentir à l’autre, dans le seul but de plaire ou d’être aimé, pour se conformer à ce qu’on croit que recherche l’autre. « Chassez le naturel et il revient au galop », dit-on. Tôt ou tard, celui ou celle que nous sommes vraiment ressurgit, avec les réveils douloureux que nous connaissons : « Qu’est-ce que j’ai bien pu lui trouver, il (elle) n’est pas ce que j’avais pensé, espéré. »
  • Arrêter d’avoir peur du regard des autres parce qu’on est différent, que l’on pense autrement ou que l’on ne rentre pas dans la norme de ce que cette société considère être : quelqu’un de bien, le gendre ou la bru « idéale ». Nous sommes tous, dans notre singularité, « l’idéal » de quelqu’un, sans être un « idéal » normatif sociétal. À nous de trouver cet « idéal » qui nous correspond et pour qui nous le sommes.
  • Arrêter de vouloir ressembler aux critères superficiels de l’apparence, car cela ne nous définit aucunement. Préférons les individus, sur ce qu’ils ont envie de dévoiler de leur personnalité, leur intimité, leur vulnérabilité, plutôt que sur leur physique et leur look. Que ne dit-on “tout ce qui brille n’est pas or” et “l’habit ne fait pas le moine” ?

Il n’y a pas qu’une seule façon d’être quelqu’un de bien, qu’une seule façon d’être heureux ou de réussir sa vie, mais autant de manières de s’accomplir que d’individus. Aucune philosophie de vie n’est meilleure qu’une autre, la seule qui vaille est celle qui nous rend heureux, dans le respect de l’autre quelles que soient nos différences.

Enfin, chaque individu étant tellement riche et complexe, pourquoi s’arrêter à son image et s’en contenter ?! C’est plus que réducteur !

Mettons en avant ce cocktail unique constitué de notre part innée et de nos expériences vécues, et soyons curieux des autres… sans modération !

Cherchons chez l’autre ce qui le rend unique à nos yeux dans sa part profonde et intime, et voyons, en notre âme et conscience, s’il nous correspond.

sur Harmony of Souls

on met en avant

l’homme ou la femme singulière

que l’on est

         Olivier.

Nous suivre et nous aimer

MasterYoda

Ô Vie... Mon Amour !

Laisser un commentaire